Search Results

Abstract

Pour faire admettre à ses lecteurs son audacieuse théologie, le rédacteur clémentin recourt aux différents procédés de l’arcane, seul capable de rendre compte de l’indicibilité divine. Ainsi, les deux écrits liminaires, l’Épitre de Pierre à Jacques et le Diamarturia, puis les entretiens de Pierre avec ses disciples les plus proches placent l’enseignement sous le sceau du secret, la révélation de la vérité étant soumise à de strictes conditions, à savoir une «bonne disposition» du cœur et une épreuve préalable, et, sur le plan narratif, se faisant progressivement, au fil du récit, Pierre ne révélant sa doctrine, celle des deux Princes, qu’au cours de ses derniers entretiens (Homélies 20.2.2 et 8.1–4).

Cette stratégie didactique se double d’un démarche polémique, dirigée contre Simon, aussi bien à travers une argumentation scripturaire qu’à travers une démonstration par la raison ; elles s’appliquent essentiellement à trois domaines : la monarchie divine, l’origine du mal et la dualité des «Princes». Mais de nouveau, la démarche est voilée, car derrière la figure de Simon, défenseur d’un dualisme pré-gnostique, se cache celle de Marcion (ou d’un de ses disciples), dont Pierre dénonce le dithéisme affiché. Plus encore qu’à Marcion, Pierre s’en prend à une doctrine secrète très proche de celle de l’Évangile de Judas, posant un Dieu suprême et deux divinités secondes, l’une créatrice, l’autre législatrice (Homélies 3.2.2). Deux autres adversaires se dévoilent encore: l’homme ennemi, Paul, coupable d’introduire un second Dieu en la personne de Jésus, et, à la suite, la grande Église, qui s’est éloignée de la stricte monarchie divine du judaïsme.

In: Christian Discourse in Late Antiquity
Hermeneutical, institutional and textual perspectives
The purpose of the volume is to explore how specific historical and socio-cultura conditions of late antiquity shaped the development of Christian thought.
The authors of the volume analyse various aspects of these conditions, particularly those of a textual and institutional nature, as they are reflected in the hermeneutic and philosophical principles of Christian discourse. This focus sheds new light on unexplored features of Christian literature, such as the influence of manuscript culture, early church institutions and practices, exegetical techniques, and philosophical curricula.